La lumière fascinante des nuits tokyoïtes de Masashi Wakui

Après vous avoir présenté les 5 bonnes raisons d’aller aux Rencontres d’Arles cette année, nous vous proposons de découvrir cette semaine les photographies envoûtantes de l’artiste japonais Masashi Wakui. Exposées dans nos galeries du 11 juillet au 17 août, elles font écho au mouvement de la « Street Photography », mis à l’honneur cette année au Festival d’Arles.

 

 

L’impression qui se dégage des photographies de Masashi Wakui est à la fois magique et envoûtante. Elles donnent l’impression d’un décor de cinéma, quelque part entre Blade Runner et In the Mood for Love. Les films d’animation des studios Ghibli ne sont pas très loin. Ce n’est pas un hasard. Né en 1978, M. Wakui s’initie à la photographie en 2012 sur un plateau de tournage où il découvre une nouvelle caméra qui permet d’extraire des images fixes à partir des plans réalisés. Il se spécialise dans les vues nocturnes des paysages urbains et les nuits tokyoïtes deviennent bientôt sa principale source d’inspiration. M. Wakui arpente les ruelles tortueuses des quartiers de la capitale japonaise, tels Shibuya et Shinjuku, et parvient à capturer le singulier et le fascinant au milieu du quotidien et de l’ordinaire. S’il y avait davantage de sujets sur ses oeuvres, ce serait de la street-photographie.

 

L’effet si particulier et unique des photos de Masashi Wakui provient du travail esthétique que le photographe effectue sur la lumière et les couleurs. Saturées et contrastées, elle donnent une puissance exagérée aux lanternes de papier et enseignes lumineuses, tandis qu’elles esquissent en ombres chinoises les passants silencieux aux pas feutrés. M.Wakui possède une signature dans ses retouches photographiques. Le style Wakui est même devenu assez célèbre sur la toile. Des tutoriels écrits et vidéos ont été mis en ligne par des adeptes pour vous apprendre à reproduire cet effet de style. Avec tutoriels ou pas, son oeuvre constitue une belle inspiration pour vos photos de nuit.

 

Par cette photo, Masashi Wakui nous donne à voir une image de Tokyo loin des bruits de la foule, de l’agitation, des gratte-ciel et de la modernité, bien retranscrits par exemple dans les photographies de Jörg Dickman pour les villes de HongKong et de Shanghai. Nous découvrons des morceaux d’une capitale nippone mystérieuse, plus intime et peut être plus authentique.

 

A l’occasion de l’exposition « Energies Urbaines », venez découvrir les oeuvres de Masashi Wakui du 11 juillet au 17 août 2016 dans l’ensemble des galeries YellowKorner. Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour replonger en enfance autour de photographies prises par des grands noms du design et produites par YellowKorner.